Délégationdes Alpes

Hautes-Alpes (05) - Romette

Rencontre du réseau Hospitalité

Samedi 3 juin, à Romette dans les Hautes-Alpes, treize villes de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur étaient représentées pour la 2e rencontre régionale du réseau Hospitalité. Ce mouvement est constitué d’une quarantaine de collectifs locaux et de toutes les personnes qui agissent en faveur d’une hospitalité concrète et sans discrimination à l’égard des réfugiés et migrants. Le Secours Catholique était présent à cette journée.

Rencontre du réseau Hospitalité

publié en novembre 2017

Une cinquantaine de personnes se sont retrouvées à Romette pour échanger sur l’accueil des personnes étrangères quel que soit leur statut. Avant de réfléchir en ateliers, les personnes de Briançon et de la Roya nous ont informés de la situation au 3 juin : avec les beaux jours, il y a de plus en plus d’arrivées de migrants, et cette situation est difficile à gérer. Comment accueillir les personnes ? Beaucoup d’adultes mais de plus en plus de mineurs parmi ces migrants.

En ateliers, quatre préoccupations ont fait l’objet de réflexions et abouti à des propositions d’actions.

- L’accès à la santé : il existe chez les migrants une souffrance physique, psychique et sociale en raison de l’inactivité, de la peur de la décision. La réponse n’est pas médicale ; une présence, un accompagnement avec des activités qui amènent à la socialisation (sport, musique, photo, vidéo…) en passant par l’apprentissage de la langue sont nécessaires. Un jeune migrant qui participait à la réflexion nous disait : « Tant que je ne sais pas si peux rester ici, mon voyage n’est pas terminé… »

- L’hébergement : les habitants qui viennent en aide aux migrants commencent à ressentir du désespoir et une certaine lassitude, car pour eux rien n’avance et ils risquent tous les jours des poursuites. Il est demandé aux pouvoirs l’arrêt de ces poursuites et la mise à disposition négociée des locaux inoccupés.

- Le règlement de Dublin, qui stipule que la demande d’asile doit être faite dans le premier pays de l’Union européenne traversé par le migrant. Il est proposé que tous ces exilés arrivés par les montagnes puissent rester et faire leur demande en France s’ils le souhaitent.

- Les mineurs non accompagnés arrivent de plus en plus nombreux et se retrouvent à la rue sans assistance. Il est demandé qu’ils soient mis à l’abri immédiatement par une prise en charge de l’aide sociale à l’enfance.

Cette journée nous a permis de nous rencontrer sur le plan régional, d’être informés du travail réalisé, avec ce qui marche et ce qui bloque, et de réfléchir aux actions que nous pouvons mener ensemble pour améliorer l’accueil des migrants.

Maryline Durand
Vice-présidente de la délégation des Alpes
Secours Catholique-Caritas France

Imprimer cette page

Faites un don en ligne